Catastrophe naturelle : la prise en charge des réparations

Rafales de vent, orages, inondations et fortes pluies peuvent être la source de graves dégâts pour une habitation. Que ce soit reconnu ou comme étant un état de catastrophe naturelle, les démarches de déclaration du sinistre auprès des assureurs et les indemnisations doivent respecter certaines règles.

La déclaration de sinistre

La première chose à faire dans les 5 jours ouvrés après avoir subi le sinistre est la déclaration auprès des assureurs. Pour cela, il faut adresser un courrier à l’assureur ou se déplacer à l’agence pour pouvoir lui communiquer l’état de l’habitation. Ici, il s’agit de l’informer du sinistre dont le souscripteur est victime et cela munit des références de son contrat d’assurance.

Dépassé de ce délai de 5 jours, il est conseillé d’adresser quand même la déclaration de sinistre à l’assureur. Il ne peut pas refuser de couvrir le souscripteur à cause d’un simple retard. Mais avant cela, il est recommandé de bien vérifier si les biens endommagés sont tous couverts par la garantie catastrophe naturelle. Parfois, les accessoires de jardins, les murs de clôture et les arbres par exemple ne sont pas pris en compte par l’assurance. Il est nécessaire de consulter la liste des biens exclus énumérée dans le contrat d’assurance.

Autre déclaration

Se reporter aux conditions générales du contrat d’assurance habitation est utile afin de savoir les documents à fournir, les formalités à accomplir et les mesures à prendre en cas d’urgence.

Généralement, dans le délai le plus bref, il faut préciser les circonstances du sinistre et ses causes, il est aussi nécessaire de fournir l’état des dommages pour faciliter les démarches d’indemnisation , photos avant et après la catastrophe naturelle si possible pour une estimation beaucoup plus précise des coûts des travaux.

Ainsi, l’assureur indique si la demande est dans le cadre des assurances contrat habitation. Si c’est bien le cas, l’indemnisation et les travaux interviennent tout de suite après le passage d’un professionnel le cas échéant. En cas de refus, les pouvoirs publics doivent prendre un arrêté de catastrophe naturelle afin que le particulier soit indemnisé.

L’indemnisation et les travaux

L’importance des dégâts subis par l’habitation peut ralentir les processus d’indemnisation et les travaux à effectuer. Le montant des travaux est souvent très important et vous ne pourriez pas effectuer les travaux sans avoir recours à un crédit travaux. Les petits sinistres ne sont pas obligés d’être vus par un expert. Souvent, le montant de l’indemnisation est déterminé sur la base du devis communiqué à l’assureur. Une éventuelle, franchise est appliquée au montant de l’indemnité si dans la mesure où le contrat le prévoit.

Pour les dégâts plus importants, le professionnel d’assurance habitation évalue l’indemnisation et le coût des travaux. De cet effet, différentes formules d’assurance existent pour couvrir le souscripteur : la réparation des dégâts, la valeur à neuf, valeur de remplacement… Selon les cas, l’indemnisation est réduite en fonction des biens endommagés.

Pour le délai de versement de l’indemnisation, il est toujours mentionné dans le contrat d’assurance habitation que le souscripteur a choisie. En cas d’incendie, qui a un délai de 3 mois, deux options s’offrent au particulier, soit il patiente soit il contacte l’assureur pour une accélération de l’étude de son dossier.