Le risque sécheresse

Si la sécheresse est un phénomène plus silencieux et moins impressionnant que les autres catastrophes naturelles, elle n’en reste pas moins dangereuse. En effet, la sécheresse a causé bien plus de déplacements de lieux de vie et de migrations que n’importe quel autre évènement du même genre.

Il convient de savoir que la sécheresse gagne de plus en plus de terrain et ce, depuis les années 70. En effet, les surfaces concernées par ce phénomène ont quasiment doublé et sont toujours en constante évolution.

risque-secheresse

Qu’est-ce que la sécheresse ?

La sécheresse se définit comme étant l’état du sol ou d’une zone particulière, lorsqu’il n’y a pas eu de pluie depuis une assez longue durée. Si l’être humain de par sa consommation excessive des ressources naturelles, contribue fortement à l’accentuation de ce phénomène, il n’en reste certainement pas la seule victime. En effet, faune et flore ne sont pas non plus épargnées.

Il est également à noter que la sécheresse et l’aridité ne doivent pas être amalgamées. Pour être plus précis, l’aridité, contrairement à ce que certains pourraient croire, n’a rien d’un évènement ponctuel, une région aride est par définition caractérisée par un manque de précipitations permanent et par une chaleur au-dessus de la normale.

Quels sont les types de sécheresse ?

Si l’usage commun du mot sécheresse renvoie généralement au type météorologique, il convient de savoir que celle-ci peut se manifester sous plusieurs aspects :

  • Sécheresse météorologique

Ce type correspond à un taux de précipitation faible, pendant une durée relativement longue.

  • Sécheresse agricole

On a généralement affaire à ce type-là, lorsque l’humidité n’est pas suffisante pour les cultures. Ce cas de figure peut se produire, même si les précipitations n’ont pas lieu en petite quantité. D’autres facteurs peuvent entrer en jeu à savoir, les mauvaises techniques agricoles ou le choix de plantes inapproprié.

  • Sécheresse hydrologique

Ce dernier type est caractérisé par une diminution de la quantité d’eau dans les lacs, rivières ou nappes souterraines. Cela est généralement dû à un excès de la consommation et à une surexploitation des ressources aquatiques disponibles ou lorsque les conditions d’approvisionnement des cours d’eaux ne sont pas réunies.

Quelles en sont les conséquences ?

La sécheresse est probablement la catastrophe naturelle la plus coûteuse et la plus hasardeuse pour l’Homme, mais également pour la nature. Capable de causer des dégâts permanents dans les zones où elle s’attaque, elle a pour conséquences :

  • La migration des populations humaines et animales.
  • Le déclenchement de conflits régionaux autour des ressources naturelles.
  • L’accroissement du taux d’incendies dans les forêts.
  • La déshydratation des êtres vivants habitants dans les zones touchées.
  • L’assèchement des sols.
  • L’augmentation de la pollution des eaux.

Quelles sont les mesures à entreprendre afin de diminuer de ce phénomène ?

Afin de limiter les risques et menaces auxquelles ils sont exposés humains, faune et flore, voici quelques solutions à mettre en œuvre le plus rapidement possible :

  • Utilisation des balles noires comme pour le modèle Californien.
  • Augmenter la construction des puits et les barrages.
  • Avoir recours aux réserves marines au procédant à leur dessalage.
  • Réutilisation des eaux usées.
  • Investir dans les techniques d’accroissement artificiel de précipitations.

Toutes ces solutions n’auront aucun effet sans la sensibilisation des particuliers et des professionnels sur l’importance de l’usage rationnel de l’eau et des ressources naturelles de manière générale.