Que faire en cas d’accident nucléaire ?

Le risque nucléaire est un accident consécutif à un rejet d’éléments radioactifs, soit dû à un problème de stockage, soit lors d’un accident de transport. C’est un risque qui est fortement présent dans les plus grands pays industriels et dans toutes les installations nucléaires de base et qui menace grandement leur stabilité.

Un accident radioactif peut survenir suite au refroidissement du cœur d’un réacteur nucléaire, ce qui mènerait presque inévitablement à la libération de substances hautement radioactives. Pollutions, incendies, explosions et autres catastrophes nucléaires peuvent alors, en découler et laisser une empreinte douloureuse et permanente sur la santé et l’environnement, dans l’immédiat et même après.

Dans le souci de limiter le plus possible la probabilité de la survenance de ces accidents, l’Autorité de Sûreté Nucléaire procède à des vérifications régulières du bon fonctionnement des dispositifs d’alerte et de protection et met en place un programme annuel d’exercices de crise nucléaire sur le plan national. Mais en tant qu’individu, quelles sont les prédispositions et les mesures nécessaires à prendre ?

L’autoprotection

Les exploitants des sites nucléaires prennent en principe une multitude de mesures et de précautions relatives au risque potentiel d’accident radioactif et ce, en vue d’alerter, de protéger et éventuellement, de limiter les dégâts.

Les individus résidant à une certaine distance d’un site nucléaire, moins de 20 km, doivent être aussi prédisposés que possible à se protéger, de manière optimale, en cas de sinistre.  Il est ainsi vivement recommandé de vous procurer, gratuitement, des comprimés d’iode stable en pharmacie et de les garder chez vous dans un endroit connu et accessible à tous, surtout si vous avez des enfants ou projetez d’en avoir prochainement. Leur prise ne doit, cependant, pas se faire de votre propre initiative, mais seulement si recommandée par les autorités concernées.

Ensuite, il est impératif que vous restiez à l’intérieur de votre domicile, de vous assurer que tous les membres de votre ménage y sont bien aussi et éventuellement, proposer à d’autres personnes de venir s’abriter chez vous, sans que cela ne mette au péril votre propre sécurité.

Il serait également judicieux de garder une radio, afin de continuellement suivre les informations extérieures. Il est important de ne pas s’isoler totalement.  Faites les provisions basiques nécessaires à votre survie, en cas d’isolement prolongé, à savoir des bouteilles d’eau, des boîtes de conserves, un couteau suisse, des couvertures, du matériel de premiers secours, mais également des lampes, de l’argent et vos papiers.

Décontamination et évacuation

Si vous étiez dehors lors de la survenance de l’accident, les mesures de décontamination sont assez simples. Il vous suffirait d’ôter vos habits, de les mettre dans un sac en plastique fermé puis de le laisser dehors. Une fois chez vous, prenez une douche et lavez-vous vigoureusement au savon, puis buvez beaucoup d’eau. Si jugé nécessaire, un centre de désinfection et de contrôle médical sera mis en place par les autorités au service des personnes concernées.

Dans des cas plus extrêmes, où la région atteinte ne serait plus vivable, car il y aurait eu une forte inhalation des irradiations radioactives par les nuages, les eaux et les sols, une dernière mesure est prise. L’intégralité de la population est, alors, transférée vers un lieu de séjour non-contaminé ou moins touché.

Les autorités locales communiqueront alors toutes les informations nécessaires au bon déroulement de cette procédure, mais les individus sont tenus de garder leur calme, de se munir d’eau et d’un minimum d’affaires personnelles et de marquer leur domicile évacué d’un tissu rouge.

Le risque de catastrophes nucléaires n’est que peu probable, car les exploitants et l’intégralité des activités de ces sites, sont toujours étroitement réglementés, pour ce qui est de la sécurité et la protection. Mais le risque n’est jamais entièrement exclu, il est donc de rigueur d’être bien informé. En cas de risque majeur, le signal national d’alerte est activé pour avertir les populations susceptibles d’être atteintes.