La France, un pays exposé aux risques naturels

Depuis le fameux rapport sur le projet de loi lié à la prévention des risques naturels du Sénateur Yves Détraigne, la France est désormais un pays potentiellement exposé aux risques naturels.

Avant de s’aventurer dans le vif du sujet, il faut d’abord définir ce qu’est un risque naturel et quelles sont les mesures en vigueur applicables pour chaque risque encouru ?

Qu’est-ce qu’un risque naturel et qu’implique-t-il pour un pays ?

Mère Nature est imprévisible et notre civilisation humaine a toujours été à l’écoute de sa colère et de ses grognements qui s’expriment très souvent sous forme de catastrophes et de risques naturels avec d’éventuels dégâts à prévoir préalablement.

Un risque naturel est donc un risque de phénomènes naturels, dont les dangers encourus menacent des vies humaines et des structures matérielles. Ce risque peut être lié à des phénomènes naturels, tels que les cyclones, les avalanches, les inondations, les séismes, les éruptions volcaniques, les tempêtes et autres.

Dans un pays comme la France, les risques naturels sont établis, grâce à une répartition territoriale prise en charge par les préfets, transcrite ensuite dans des dossiers départementaux, cependant, quels sont les risques naturels qui menacent l’Hexagone ?

Les risques naturels qui menacent la France

Selon un rapport de 2003, soulignant la volonté d’un projet de loi relative à la prévention des risques technologiques et naturels, on note que la France est un pays à risques naturels potentiels dans des régions spécifiques de son territoire, notamment de ses départements Outre-mer où les risques sismiques et volcaniques sont au plus haut point.

Dans ce sens, on note également que la région des Antilles est la plus fortement à risque, quand on connaît les mouvements de chevauchement de plaques de cette partie de la planète. Ainsi, on peut lier les risques naturels de manière générale au climat tropical qui exclut d’office la France Métropolitaine.

Statistiquement, il y a 23.500 communes aujourd’hui exposées à des risques naturels divers, allant de simples avalanches aux risques d’inondation et de tempêtes.

En France, le plus haut degré de risque est attribué à celui des inondations, avec 15.700 communes exposées et qui sont réparties sur tout le territoire métropolitain. Pour des raisons liées à la nature du sol, les risques naturels de glissement de terrains, de tremblement de terre ou d’avalanche viennent ensuite, respectivement l’un après l’autre, selon l’étendue du risque encouru.

Par ailleurs, notre responsabilité est aussi à pointer du doigt dans l’accroissement des risques naturels, du fait de l’urbanisation dans des lits majeurs de fleuves et de rivières et les conséquences de ceci sur la qualité et la perméabilité du sol.

Selon l’institut français de l’environnement, la France est un pays très exposé aux risques naturels, selon des degrés variés, mais qui sont très élevés par rapport à certains risques comme les glissements de terrain, suite à sécheresse ou des risques d’inondation. Malgré une loi relative à la prévention des risques naturels et les mesures qu’elles impliquent, la vigilance et la nécessité de posséder une assurance de qualité, sont primordiaux devant la Nature et ses changements d’humeur.

La Mairie et l’école, partenaires face au risque naturels

En France, la moitié des communes est concernée à des degrés divers par les inondations et plus des deux tiers par un ou plusieurs risques naturels majeurs.

– Dans ces communes, le Maire a l’obligation légale d’informer régulièrement les citoyens sur le risque qui les concernent.
– Pour sa part, l’école doit assurer une éducation aux risques; cette activité s’inscrit dans le cadre d’une Education au Développement Durable.

Il y a donc une concordance de devoirs et d’objectifs entre l’établissement scolaire et la collectivité locale.

Dans ce contexte, les acteurs français de la prévention des risques sur les territoires se mobilisent et lancent la troisième et dernière édition du concours national pour le cycle 3 des écoles, les classes SEGPA des collèges, les jeunes en temps périscolaire et les Mairies sur la mémoire et la perception d’un risque naturel local.